Deuz

Comment investir en bourse en 2021 ?

Est-ce pertinent d’investir en bourse en 2021 ? d’investir en pleine crise du coronavirus (et même après, que nous renommerons alors crise économique) ? et quels sont les ingrédients pour se lancer sur les marchés financiers ?

C’est un dossier complet que nous vous proposons. Ce dossier doit vous aider à y voir plus clair, à comprendre pourquoi investir en bourse est une réalité pour beaucoup et vous rassurer ou non, sur les potentielles opportunités à venir.

Pourquoi s’intéresser aux marchés financiers ? Est-ce réellement judicieux ? Quels sont les éléments à connaître lorsque l’on est débutant ? Est-il nécessaire de se former pour être performant en placements boursiers, et si oui, comment se former au mieux ? Comment réagir en cas de chute de la bourse ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre pour vous accompagner et vous guider dans cette fabuleuse aventure qu’est la bourse. 

Disclaimer – si vous nous le permettez – ici, nous allons vous aider à comprendre comment “investir en bourse” et non à “jouer en bourse”.

La bourse reste une activité risquée, il n’y aura pas de recette miracle, de plans pour devenir riche en 48h, de stratégies douteuses, mais des procédés d’investissement responsables et à risque maîtrisé.

Nous allons tout vous expliquer !

Pourquoi investir en bourse ?

Investir en bourse, c’est acheter des actions de sociétés cotées, autrement dit acquérir des parts de propriété dans des entreprises. Chaque action représente une part du capital de la société. Quand vous achetez une action, vous devenez un actionnaire, ce qui signifie que vous devenez un associé des dirigeants de l’entreprise.

Les Français néophytes en investissements boursiers sont frileux à l’idée d’investir en bourse, cela leur paraît trop risqué car trop hasardeux. Il s’agit de pouvoir supporter les changements permanents des cours de la bourse, à la hausse comme à la baisse, et certains ne se sentent pas aptes à faire face à toutes ces fluctuations qui peuvent provoquer des inquiétudes. Cette instabilité des marchés se nomme en langage boursier la “volatilité”.

Pour autant, les statistiques sont formelles et prouvent que le ratio entre rendement et risque est excellent pour les investisseurs patients au long cours qui savent s’accommoder des mouvements incessants de marché.

Il existe deux principales raisons à l’investissement en actions. D’abord, investir en bourse, c’est investir dans l’économie réelle et participer au développement de sociétés. Une société qui émet des actions vend aux investisseurs des parts de son capital pour lever des fonds afin de financer sa croissance. Cet argent pourra par exemple lui servir à se développer à l’international, à lancer des projets de recherche et développement pour créer de nouveaux produits ou améliorer les produits déjà commercialisés, embaucher du personnel, etc.

Ensuite, investir en Bourse c’est aussi et surtout profiter du rendement très intéressant sur le long terme que procure cette classe d’actifs. Attention, tout de même, pour réussir sur le marché boursier et se positionner sur les valeurs les plus attractives, il convient de se familiariser avec les marchés financiers et de suivre quelques conseils pour espérer détenir et gérer un portefeuille délivrant un bon rendement au regard du risque.

Le CAC 40 en hausse de 209 % en 30 ans

S’il fallait ne donner qu’un seul exemple, ce serait celui-là. Mais faisons un rappel sur ce qu’est le CAC 40. Il s’agit de la Cotation Assistée en Continu, un indice boursier qui regroupe les 40 sociétés françaises les plus importantes cotées en bourse. Ces 40 entreprises sont sélectionnées parmi les 100 sociétés françaises pour lesquelles les volumes d’échanges de titres sont les plus gros.

Ce fameux CAC 40 affiche donc une hausse de 209 % en 30 ans, soit un très beau rendement annuel de 7%. Cette performance correspond à la hausse de l’indice depuis son lancement en 1991, et ne compte pas les dividendes réinvestis. Pour bien comprendre, c’est la performance que vous auriez obtenue en achetant des fonds sur le CAC 40 en 1991 et en ayant patienté jusqu’ici. On comprend bien alors qu’il n’est pas nécessaire de trader assidument pour obtenir de beaux résultats, et nous irons même plus loin dans la démonstration en vous affirmant que le fait de multiplier les opérations est le plus souvent contre-productif. Investir à long terme sur le marché des actions est une excellente stratégie qui a fait ses preuves, et le meilleur moyen de faire fructifier votre épargne.

Prudence toutefois : la bourse ne se résuma pas au CAC 40, et il est largement préférable de diversifier ses investissements. Le CAC 40 ne représente que 4 % dans l’indice mondial MSCI World, une infime partie donc. Rappelons que le MSCI Worl, ou Morgan Stanley Capital International, est un groupe d’indices calculé par la société Morgan Stanley, basée aux États-Unis. Ces indices de référence sont parmi les plus utilisés dans le monde par les possesseurs de portefeuilles boursiers. Ces indices mesurent la performance des marchés boursiers de pays développés.

On peut aussi argumenter la diversification des investissements hors du CAC 40 en ajoutant que malgré la belle performance que nous avons citée, le CAC 40 est globalement historiquement à la baisse si on le compare à certains indices américains.

La bourse, un placement de choix à long terme

Les investissements à long terme ne séduisent pas les Français, inquiets par le système de retraite par répartition en place. Les Britanniques sont beaucoup moins frileux à investir sur les marchés financiers, forts de leur système de retraite par capitalisation. Pourtant, les Français devraient investir dans leur retraite, car les prévisions économiques sont unanimes : le système de retraite par répartition est menacé par les perspectives démographiques futures.

Les médias ont parfois tendance à jeter la pierre sur les actionnaires, les accusant trop souvent d’être les principaux responsables de plans de licenciement. Restons objectifs : les actionnaires sont nécessaires socialement et économiquement parlant. Ils permettent aux entreprises de lever des capitaux, d’investir et de recruter, plus souvent qu’on ne le pense et que ne le relaient les médias.

Les Français ont tout intérêt à ne pas négliger les placements boursiers puisqu’il s’agit aujourd’hui du meilleur moyen de développer son patrimoine au long cours. Lorsque l’on sait que tout le monde peut devenir actionnaire à partir d’un investissement de 100 €, le salarié classique peut tout à fait se lancer en devenant salarié et actionnaire pour récolter, s’il s’y prend bien, les dividendes de l’argent de son travail.

Bien faire attention à ne pas tout mélanger : l’investissement ce n’est pas du trading !

Il faut dissocier un investisseur en bourse d’un trader. Les deux participent aux offres et demandes du marché boursier et ont un rôle à jouer, mais tout deux emploieront une manière différente. Il faut aussi différencier un investisseur pro en bourse qui achète et vend des titres pour une en entreprise ou une organisation avec de gros fonds, d’un particulier qui investi pour son compte personnel et de ce fait achètera en plus petite quantité. Les investisseurs institutionnels peuvent à tout moment changer le court de la bourse, leur approche sur le marché sera différente.

Là où l’investisseur visera à conserver ses actions sur le long terme, un trader se verra prendre des actions sur le court terme ce qui entraine plus de risque. En trading on se sert de la psychologie des marchés et des cours de bourse en temps réel, avec l’évolution des prix, l’offre et la demande. Il faut savoir se maîtriser et ce n’est pas toujours chose facile car nous restons face à des émotions qu’il faut dominer. Le risque d’un mauvais trade reste omniprésent et peut se conclure par une perte. Il faut avoir du contrôle et adapter sa façon de trader à sa personnalité tout en restant stable. Il est important de pouvoir toujours apprendre de ses erreurs.

A contrario, le fait d’investir à long terme fera face plus facilement aux risques de crises financières. Nous savons que le flux monétaire est de plus en plus important de par la croissance démographique, les personnes qui ont de l’argent placent quasi systématiquement en bourse car avec l’immobilier se sont les seules solutions générant du rendement. On sait aussi que les politiques soutiennent ce système pour protéger les banques et ainsi protéger nos épargnes puisqu’en cas de faillite nous perdons nos économies. Pour cause, dès qu’aujourd’hui l’économie s’affaiblie, exemple : Corona, les banques centrales interviennent pour injecter de la monnaie au moyen d’un quantitative easing (QE).

L’un ne va pas sans l’autre. Tous les intervenants permettent au marché financier d’être efficients, c’est à dire : pas qu’ils soient parfaitement corrélés à l’économie réelle mais qu’ils soient en capacité de permettre d’investir à tout moment, on appelle ça la liquidité. Les opérations à court comme à long termes participent à l’équilibre du système.

Les avantages de la bourse par rapport à l’investissement immobilier

Contrairement à la croyance populaire, investir en bourse ne nécessite que peu de connaissances, juste de bonnes bases que nous abordons ici. Au-delà d’être finalement assez simple à s’approprier, le domaine de la bourse est plus abordable – entendez par là plus facile à appréhender – que le domaine de l’immobilier locatif, le tout pour un rendement global supérieur à long terme.

La bourse est financièrement plus abordable

Il est possible de devenir actionnaire avec seulement 100 euros. En effet, le prix unitaire des actions cotées n’est le plus souvent que de quelques euros.

La bourse est moins risquée

Il est nettement plus simple de diversifier ses investissements en bourse que dans l’immobilier. De la même manière, il est bien évident qu’il est préférable d’être à la tête de 100 000 euros investis dans quelques dizaines de sociétés internationales plutôt que dans un unique appartement, loué par un locataire plus ou moins scrupuleux qui pourrait éventuellement dégrader votre bien et ne plus payer son loyer pendant plus de 2 ans. Car oui, une procédure d’expulsion d’un locataire mauvais payeur dure plus de 2 ans en France. En revanche, si une des sociétés dans lesquelles vous avez des actions venait à afficher de mauvais résultats, cela serait pour ainsi dire sans conséquence sur votre portefeuille boursier total.

L’investissement en bourse est moins chronophage

Nous aurions presque envie de dire que cela tombe sous le sens. Naturellement, vous n’avez pas de visite à faire, pas de factures à régler, pas d’assemblées générales à honorer, pas d’entretien à effectuer ou à subventionner, pas de déclaration fiscale alambiquée à produire, etc… Vous ne risquez rien ou presque, puisque les sociétés ne vont pas dépérir ou devenir insalubre si vous ne faites pas de travaux ! La bourse est en somme un investissement pour ainsi dire passif qui ne vous demandera que peu de temps.

L’investissement en bourse est moins complexe et plus rentable

L’immobilier suppose tout de même de bonnes compétences en gestion, en droit et en fiscalité, ou à défaut de professionnels coûteux qui peuvent le faire pour vous. Vous êtes redevable de 8 % de frais de notaire à l’achat d’un bien, puis vous devez par la suite vous acquitter de factures annuelles, en plus de la gestion de bon nombre de problèmes liés à vos locataires. La Bourse quant à elle présente de bons rendements nets, une hausse d’environ 7,5 % par an en moyenne annuelle pour le marché des actions.

L’investissement immobilier n’est pas si passif qu’on voudrait vous le faire croire.

Devenir propriétaire d’un bien immobilier c’est aussi devenir propriétaire de certains inconvénients. Et des inconvénients qui demandent souvent d’y consacrer du temps. Il faut trouver des occupants sachant qu’un locataire en France reste en moyenne 4 ans, voir moins dans les grandes villes surtout étudiantes, ce qui implique peut-être des jours ou mois de carences pour retrouver quelqu’un. Mais être investisseur en immobilier c’est également plein de petites choses comme suivre les paiements des loyers, avec parfois des relances, gérer la maintenance réglementaire des chaudières, le dépannage à charge du propriétaire, traitement des nuisibles dégâts des eaux, participer aux assemblées générales de copropriété… Sans compter les procédures locataire jusqu’au squat possible. Ce qui mit bout à bout fini par devenir beaucoup d’investissement.

Faut-il investir en bourse en 2021 et comment ?

Notre réponse à cette question est limpide, oui, il faut investir en bourse en 2021.

Il faut cependant ne pas commettre quelques erreurs. L’une des erreurs fréquentes des investisseurs est d’avoir des convictions. Avec la crise sanitaire actuelle, on pourrait venir à croire aveuglément que la situation ne peut que se redresser. Hors si pour l’instant l’économie est sous perfusion, c’est à dire que les banques centrales soutiennent les entreprises d’un commun accord pour garder un équilibre, entreprises parfois vivantes mais seulement d’un point de vue juridique, qu’adviendra-t-il lorsqu’il faudra rembourser et faire face aux faillites ?

Il est là le paradoxe, faut-il rattacher la bourse à l’économie réelle ? Si la bourse a longtemps été connectée au résultat futur des entreprises, avec les différents quantitative easing de ces dernières années et l’injection massive de liquidité, il semblerait que les règles du jeu aient quelque peu changé. Cette nouvelle masse monétaire étant investie sur les marchés, les anciennes stratégies d’évaluation ne sont plus efficientes.

La situation est tellement inédite que le célèbre adage « les résultats du passé ne sont pas ceux du futur », risque de prendre tout son sens. Il faut investir ce l’on voit et non ce que l’on veut voir.

Pour petit rappel, il y a différentes méthodes pour investir en bourse, et il appartient à chaque investisseur de choisir selon son niveau d’implication, ses connaissances et son budget, quelles seront les meilleures actions à mettre en place pour investir en bourse. Selon que vous vouliez être très actif ou pas du tout dans la gestion de votre prote feuille, voici dans l’ordre d’implication les possibilités qui s’offrent à vous :

Comment investir en bourse ? 6 conseils essentiels pour vous lancer

Nous allons vous détailler ici les bonnes pratiques à suivre – et celles à éviter rigoureusement –  pour investir en bourse de façon raisonnable et raisonnée.

Les actionnaires qui réussissent le mieux au long cours sont ceux qui utilisent les bons outils, les bons produits et adoptent le comportement adéquat. Voici nos meilleurs conseils.

1.   Définissez un budget à investir et tenez-vous-y

Il va vous falloir définir avec précision le montant que vous souhaitez investir en bourse. On parle du “niveau d’exposition de votre patrimoine”. On peut rencontrer tout type de profil d’investisseurs, mais la plupart ont entre 5 et 30 % de leur patrimoine investi. Vous restez libre d’investir beaucoup si vous ne craignez pas la volatilité. En réalité, le budget que vous allez allouer à vos placements boursiers va dépendre de plusieurs facteurs fondamentaux, comme votre horizon de placement (car comme nous l’avons vu les investissements à long terme se révèlent très souvent les meilleurs) ou votre capacité à supporter les risques. N’allez pas y laisser vos nuits de sommeil !

Naturellement, soyez raisonnable dans votre budget investi, car comme votre argent risque d’être bloqué un certain temps, il est évident que vous ne pourrez pas compter dessus en cas de besoin. N’investissez donc pas toutes vos économies, mais seulement de l’argent dont vous êtes certain de ne pas avoir besoin dans les prochaines années. Si vous pensez avoir potentiellement besoin de cet argent dans les mois ou les années à venir, il est préférable de ne pas investir cette somme en bourse et de la laisser à disposition sur votre compte épargne. Ne soyez pas trop pressé, attendez des jours meilleurs et il sera toujours temps plus tard d’investir une partie de vos économies quand celles-ci seront devenues plus conséquentes. Grosso modo, nous vous conseillons de n’investir que l’argent dont vous n’aurez absolument pas besoin dans les 5 à 10 années à venir, et gardez toujours disponible de quoi faire face à de coûteux imprévus.

2.   Voyez loin

Les investissements boursiers sont des actions à envisager sur le long cours. Vous n’aurez nul besoin d’ailleurs de regarder les cours tous les jours, un bilan tous les 3 ou 4 mois est amplement suffisant. Avoir les yeux rivés en permanence sur vos actions pourrait être source d’inquiétudes inutiles et vous amener à prendre des décisions hâtives peu profitables. De la même manière que lorsque l’on investit en immobilier, on ne regarde pas l’évolution des prix tous les jours ! Soyez-en convaincu, la bourse est un investissement à long terme. Les personnes aguerries au domaine de la bourse parlent de la “mesure”.

3.   Diversifiez vos investissements

Notre conseil suivant est essentiel : nous vous invitons à diversifier vos placements. Ayez au moins un portefeuille de 40 titres, dans 40 sociétés différentes, elles-mêmes dans différents secteurs et sur différents continents. Familièrement, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! Cette opération de choix de titres (stock picking) est, il est vrai, assez difficile. C’est pourquoi nous vous recommandons de vous former dans le domaine de la bourse, nous y reviendrons plus loin dans cet article.

La plupart de ceux qui perdent de l’argent en bourse ont fait l’erreur de ne pas être raisonnable et d’avoir tout misé sur une seule entreprise. Déçus, ils en tirent la conclusion rapide que la bourse est un investissement trop risqué et s’en détournent. C’est mathématique, en diversifiant vos actions, votre feuille est moins volatile et vous limitez les risques de perdre de l’argent. C’est précisément que l’on ne joue pas en bourse, on investit en bourse ! Dans le jargon de la bourse, c’est ce qu’on nomme la raison.

4.   Restez humbles dans vos prévisions

Ni vous ni moi ne pouvons prédire le marché et anticiper ses mouvements à la hausse ou à la baisse (le market timing). Trop de paramètres entrent en compte et faire des prédictions est compliqué voire hasardeux. C’est pourquoi, pour contourner des marchés trop incertains, et même quitte à passer à côté d’une belle hausse des marchés, il est de loin préférable de pratiquer un investissement programmé et progressif. On appelle cette technique la méthode DCA (Dollar Cost Average).

Ce procédé simple consiste à fractionner votre investissement en plusieurs achats étalés dans le temps.  Les investissements s’étalent sur une période allant de 6 à 12 mois, puis l’on continue d’investir régulièrement, selon ses possibilités, mensuellement ou trimestriellement. Toutefois, nous vous recommandons d’investir en une fois (Lump Sum Investing) car statistiquement c’est sous ce format que les performances sont les meilleures, même si nous reconnaissons qu’émotionnellement c’est plus difficile que l’investissement progressif. En somme, le risque majeur en bourse, c’est avant tout le comportement de l’investisseur, ce que les spécialistes appellent l’humilité.

5.   Ne cédez pas aux émotions trop vives : euphorie ou panique

Gardez la tête froide, votre horizon de placement est prévu à long terme, sur de nombreuses années, donc rien ne sert de vous agiter à chaque mouvement de marché. Plusieurs fois par an, les marchés baissent de 5 %, puis des hausses pouvant aller jusqu’à 10 %, donc rien d’inquiétant ici. Concrètement, il n’est pas rare de voir le CAC 40 progresser de plus de 20 % une année, alors même qu’il est passé des mois à moins 5 %, voire un trimestre à moins 10 %.

Le tout est de garder le cap, de rester patient, et de rééquilibrer environ chaque trimestre son budget initialement défini : vous investissez quand les marchés sont bas et vous vendez (partiellement) quand les marchés sont hauts pour revenir au même budget de départ. Les professionnels parlent du mental et de la discipline : “Time in the market beats timing the market”.

6.   Choisissez la bonne plateforme d’investissement

Comme pour toute action sur internet, il vaut mieux être informé contre la malveillance. Pour bien protéger son épargne il est important de choisir la bonne plateforme, contrôlée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), qui a un pouvoir de régulation. L’escroquerie est partout avec l’argent qui circule sur internet. Si vous ne connaissez pas la personne qui vous contacte ou que l’on vous promet des rendements très élevés et sans risque, ces signaux doivent vous alerter. Ne prenez pas de décision hâtive, surtout si on vous le demande, méfiez vous des faibles frais et des virements sur un RIB à l’étranger.

Prenez le temps de bien choisir votre plateforme. Vérifiez son ergonomie. Vous devez vous sentir parfaitement à l’aise et être sûr de pouvoir y accéder quand vous le souhaitez. Une plateforme doit aussi vous fournir toutes les informations techniques et fondamentales intéressantes, comme le taux de dividende, le ratio court/bénéfice, le bénéfice par action, bilan et compte résultat.

6.1 Ne pas se faire piéger par les courtiers “gratuits”

Dans la vie, et surtout en bourse, rien n’est gratuit. Lorsque vous vous êtes assuré qu’il soit bien régulé par l’AMF et qu’il n’ai pas d’antécédent judiciaire, portez une attention particulière à la tarification du courtier. Il faut s’intéresser de prêt à ces courtiers soit disant gratuits, car ces pratiques cachent en réalité des commissions sur d’autres prestations (comme le frais de gardiennage, frais de retrait, etc…) qui finiront à la fin par être bien moins rentable qu’un courtier payant et transparent. La page des frais, même si elle est difficilement accessible est obligatoire, c’est pourquoi il faut la consulter avant toute inscription et surtout la comprendre.

Comment apprendre la bourse ?

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que le meilleur endroit pour vous former en bourse aujourd’hui est internet. On trouve des formations gratuites, d’une heure environ, entièrement dédiées à l’investissement boursier où vous aurez des informations pour vous lancer en tant que débutant.

Certaines sont plus ou moins qualitatives, le but premier étant surtout de vous référencer dans une base de donnée de futurs prospects. Vous pourrez y découvrir les principes fondamentaux des marchés boursiers et les piliers d’investissement pour faire, autant que faire se peut, les bons choix stratégiques.

Il existe aussi des sites spécialisés en bourse pour donner toutes les informations nécessaires, et ce, selon votre niveau. Si vous n’en êtes qu’à vos tous premiers pas en bourse, vous y découvrirez entre autres le rôle de la bourse, ce que sont les indices boursiers, ce que sont les obligations et les dividendes, comment se constituer un portefeuille d’actions cohérent, le lexique boursier et plus largement de la finance, etc.

Si vous avez déjà une première expérience en bourse, vous pourrez en apprendre plus sur l’analyse fondamentale, l’économie mondiale et les marchés financiers, les opérations sur titres, etc. Enfin, les investisseurs avertis pourront approfondir leurs connaissances puisqu’il est important d’être toujours en quête de formation et à l’affut d’apprendre sans cesse davantage.

Pourquoi il est important de se former avant de se lancer en bourse ?

Avant de débuter en tant qu’investisseur boursier, il est capital d’étendre vos connaissances dans le domaine de la bourse et plus largement sur le monde de la finance. Vous devez apprendre certaines techniques nécessaires pour mieux gérer vos investissements et bien-sûr améliorer votre rendement.

Il est vraiment important d’être prêt car ce n’est pas seulement votre argent qui est en jeu mais ça pourrait être aussi votre vie. Il est important d’apprendre à délimiter les risques en bourse, placer son épargne sur les marchés financiers peuvent comporter des risques importants de perte d’argent non négligeable et c’est pour cela qu’il ne faut pas investir toute son épargne.

Il faut rester prudent et lucide, tout en sachant que la bourse peut être dans certains cas bien plus qu’un échec. Il peut s’agir de pertes monstrueuses, parfois allant trop loin. Capital nous révèle le suicide d’un jeune boursicoteur en 2020 après avoir cumulé trop de pertes, car il ne maîtrisait pas pleinement ses actions et comme il ne les maîtrisait pas assez il s’est donné la mort alors qu’il y aurait eu des solutions. Ceci est un exemple récent mais pas isolé.

Soyez conscient qu’un investisseur bien informé en vaut deux. Formez-vous rigoureusement, ne vous jetez pas tête baissée dans la “bataille” !

Que faire en cas de chute de la bourse ?

La baisse du cours de la bourse fait partie du cycle. Il est vrai que la baisse est toujours plus rapide que la hausse dans la mesure où la baisse crée un effet de panique. Pour survivre en bourse, gardez à l’esprit qu’il faut éviter d’être surpris. Il faut s’attendre à tout et y être préparé.

Personne ne lit l’avenir et ne peut prétendre savoir comment la bourse va évoluer, donc le meilleur moyen de vivre la bourse est d’être prêt à toute éventualité. Ne vous ruez pas sur les forums internet spécialisés en bourse, vous n’y lirez que le désarroi d’autres investisseurs paniqués qui ne contribueront qu’à alimenter vos inquiétudes.

Prenez du recul et laisser passer un peu de temps avant de paniquer. Ne regardez pas les actualités non plus, changez d’air pour rester objectif et garder les pieds sur terre. Rappelez-vous que vous êtes un investisseur au long cours, et que par conséquent vous n’avez pas à vous inquiéter des mouvements boursiers à court terme.

Quels que soient les mouvements de bourse, gardez votre cap et suivez votre plan, encore et toujours. Tenez-vous toujours à votre plan d’investissement initial. Une maxime en bourse nous dit la différence entre le casino et la bourse c’est qu’en bourse il faut avoir une stratégie et la respecter.


Cet article a été écrit dans le cadre de l’événement inter-blogueur <<Comment gagner en bourse>>  organisé par Virgile du blog Artdutrading.

Voici la liste des blogueurs qui ont participé à cet événement :

A bientôt les amis 🙂

(150 lectures)
Exit mobile version