7 choses à savoir sur le métier de prothésiste ongulaire

Les métiers de l’esthétique et de la beauté, spécialement celui de prothésiste ongulaire, existent depuis le début des années 1950. Grâce aux nouvelles techniques de soin et de décoration des ongles, ce métier connait aujourd’hui un grand succès auprès du public. Cependant, pour se lancer sereinement dans ce métier d’avenir, certaines conditions doivent être respectées, comme notamment le suivi d’une formation adaptée.

Prothésiste ongulaire : un métier qui mérite une solide formation

Les personnes qui désirent embrasser le métier de prothésiste ongulaire doivent impérativement suivre une formation, qu’elle soit en présentiel ou à distance. Pour exercer au mieux ce métier, il est en effet essentiel de combiner ses talents personnels avec une formation adaptée. La formation permet d’engendrer les connaissances nécessaires pour répondre aux besoins de sa clientèle avec efficacité.

Cet apprentissage permet aussi de rassurer vos futurs employeurs ainsi que votre future clientèle sur vos compétences. Ce cursus atteste que vous avez effectivement acquis les compétences et les techniques requises pour faire votre place dans ce domaine. Au cours de la formation de prothésiste ongulaire, vous avez l’occasion d’apprendre toutes les bases de la profession et d’être capable de réagir efficacement face à diverses situations.

Au cours de la formation, vous allez apprendre les différentes techniques de soin et de pose de faux ongles. Cet apprentissage vous permet aussi d’étudier différents sujets relatifs au métier de prothésiste ongulaire. Parmi ceux-ci, on peut notamment citer :

  • la pose de capsule et la pose sur chablons (gel et résine),
  • les diverses méthodes de pose de vernis,
  • les services indispensables à l’exercice du métier,
  • les techniques de vente de produits et services,
  • les notions nécessaires de gestion, de législation ainsi que les normes d’hygiène et de sécurité…

La plupart des formations au métier de prothésiste ongulaire durent en moyenne entre 100 et 120 heures. Les formations donnent accès à des manuels de cours, des corrections personnalisées qui feront suite aux devoirs, un parcours e-learning et des modules d’apprentissage avec vidéos tutoriels et tests de connaissances. À l’issue de la formation de prothésiste ongulaire, vous recevrez une « attestation de fin de formation ».

Notons également que grâce à la formation, vous avez la possibilité de travailler à votre propre compte ou de vous faire embaucher dans un institut de beauté qui offre ce service. Envie d’exercer le métier de prothésiste ongulaire ? Faites confiance à un centre spécialisé pour acquérir un savoir-faire avec la formation de prothésiste ongulaire et exercer ainsi votre métier avec professionnalisme.

La prothésiste ongulaire, une référence pour ses clientes

Devenir prothésiste ongulaire nécessite l’apprentissage des différentes techniques spécifiques à ce métier, mais il est également nécessaire d’avoir un bon sens du contact. En effet, la prothésiste doit maintenir une bonne relation avec sa clientèle. Par exemple, une opération de pose de faux ongles peut durer en moyenne entre 1 h et 1 h 30 minutes. Pendant son travail, la prothésiste doit discuter avec sa cliente pour que cette dernière ne s’ennuie pas.

Cette professionnelle des soins et beauté des ongles doit s’adapter à chacune de ses clientes et être capable d’aborder différents sujets de discussion avec convivialité. Elle doit donc maintenir une bonne relation avec les personnes qui sont venues également pour se détendre et se relaxer. C’est ce qui lui permet de fidéliser sa clientèle.

La prothésiste ongulaire s’occupe des pieds et des mains

La prothésiste ongulaire est une professionnelle qui a une grande connaissance de l’anatomie des pieds et des mains. Œuvrant dans le domaine de la beauté et de la mode, la prothésiste ongulaire propose de nombreuses prestations variées.

La pose de faux ongles et les soins des ongles naturels

Le métier de prothésiste ongulaire est un art à part entière. En effet, cette professionnelle des soins et de la beauté s’occupe de poser de faux ongles en gel et les capsules pour ongles sur les doigts de la cliente bien préparée. Cet art esthétique se réalise la plupart du temps avec une pâte en acrylique, en résine ou en gel UV.

La prothésiste s’applique également à modeler le produit sur les ongles naturels. Cette technique permet de rallonger les ongles pour optimiser la beauté des mains et des pieds. Cette professionnelle réalise ensuite un séchage à la lampe UV.

Les pédicures et manucures

La prothésiste ongulaire utilise différents produits pour travailler sur les ongles des pieds et des mains. Cette spécialiste est aussi compétente pour réaliser des soins pédicures et manucures. Grâce à ses produits cosmétiques, cette professionnelle apporte une hygiène irréprochable à vos mains et à vos pieds.

La décoration des ongles

Le nail art séduit de plus en plus de femmes qui souhaitent laisser place aux strass et aux paillettes sur leurs ongles. Cela tombe bien, la prothésiste ongulaire est capable de réaliser tout type de décoration des ongles. Le stylisme ongulaire fait en effet partie des arts que maitrise cette spécialiste des ongles.

Combien gagne-t-on en tant que prothésiste ongulaire ?

Le salaire d’une prothésiste ongulaire dépend de nombreux facteurs. En effet, la rémunération varie si elle travaille pour son propre compte ou pour un institut de beauté qui propose de tels services. D’autre part, ce salaire dépend aussi du fait qu’il s’agit d’une professionnelle débutante ou d’une spécialiste expérimentée.

Salaire d’une prothésiste ongulaire salariée

Une prothésiste qui travaille pour un institut de soin et de beauté dépend en général de la Convention Collective Nationale (CCN) de l’esthétique-cosmétique. Le CCN esthétique prévoit un salaire minimum pour tous les employés en fonction de leur niveau de qualification, de leur rang dans la hiérarchie et de leur ancienneté.

Ainsi, une prothésiste ongulaire sans diplôme d’état peut gagner au minimum 1498 € brut par mois. Lorsqu’elle détient un CAP et une expérience professionnelle de 3 ans, elle gagne au moins 1505 € brut par mois. Ces salaires peuvent être complétés par certaines primes comme la prime d’ancienneté, la prime de repas sur le lieu de travail ou encore la prime liée au résultat.

Salaire d’une prothésiste indépendante

Lorsque la prothésiste travaille pour son propre compte, son salaire dépend de plusieurs éléments. Il s’agit entre autres de son chiffre d’affaires, mais aussi des taxes qu’elle paye et du montant de ses frais. En ce qui concerne le chiffre d’affaires du prothésiste, il dépend du nombre de prestations réalisé dans le mois et du tarif pratiqué.

À ses débuts, la prothésiste peut gagner moins que le SMIC. Après quelques années d’expérience et avec une clientèle fidèle, cette professionnelle peut gagner un salaire 2 fois supérieur au SMIC.

Comment acquérir de l’expérience en prothèse ongulaire ?

Comme c’est le cas dans la plupart des métiers de l’esthétique et de la beauté, l’un des moyens les plus simples pour acquérir de l’expérience est de pratiquer régulièrement les techniques apprises pendant sa formation. Pour cela, il est indispensable de mettre toutes les chances de son côté afin d’avoir une bonne clientèle. La prothésiste doit dans ce cas mettre en place une stratégie de développement viable sur le long terme.

En effet, pour réussir à développer sa clientèle, la prothésiste doit développer une bonne stratégie de prospection et de communication. Ceci lui permet d’assurer un minimum de clientes pour démarrer son activité en toute sérénité. Il existe différents canaux de communication qui permettent d’attirer les clientes sur lesquelles pratiquer son métier et gagner en expérience. Nous pouvons citer entre autres :

  • les flyers,
  • les cartes de visite,
  • le marquage de voiture,
  • les réseaux sociaux,
  • les partenariats…

Une fois que cette professionnelle est suffisamment connue, il ne lui reste plus qu’à mettre en pratique son talent et ses compétences pour acquérir de l’expérience. Une autre façon d’acquérir rapidement de l’expérience est de suivre régulièrement des formations de mise à jour de vos connaissances.

Prothésiste ongulaire : un métier qui a de l’avenir

Avec plus de 46 699 entreprises qui opèrent dans le secteur de l’esthétique et de la beauté, le métier de prothésiste ongulaire a encore de beaux jours devant lui. En effet, on compte désormais plus de 14 000 instituts de beauté en France. À travers ces chiffres, l’esthétique et la beauté, et plus spécialement le domaine de la prothèse ongulaire, sont des secteurs qui recrutent.

Cependant, les instituts et centres de beauté recrutent essentiellement des professionnels qui ont suivi une formation, mais aussi ceux qui possèdent une attestation ou un diplôme en esthétique. Environ 85 % des salariés dans le domaine de la prothèse ongulaire possèdent en effet un CAP en métier d’esthétique et de beauté.

De plus, le marché mondial de la cosmétique est en plein essor, avec plus de 45 milliards de chiffre d’affaires enregistré rien qu’en France. On estime qu’une progression de 40 % aura lieu d’ici 2030. Si la France parvient à conserver ses parts de marché, le secteur sera capable de créer jusqu’à 60 000 emplois. Cela représente de grandes possibilités d’insertion pour les jeunes diplômés sur le marché du travail.

En dehors de ces chiffres, le métier de prothésiste ongulaire utilise aussi de nombreuses techniques qui sont en perpétuelle évolution. De nouvelles tendances naissent chaque année sur les podiums, notamment pendant les défilés de haute couture. La beauté des ongles détrône petit à petit le maquillage. La profession de prothésiste ongulaire permet ainsi aux femmes de libérer leur créativité et leur côté artistique.

Quels métiers peut-on faire en parallèle de celui-ci ?

L’évolution habituelle du métier de prothésiste ongulaire passe généralement par l’ouverture d’un cabinet à son propre compte. Cette professionnelle peut également diversifier ses activités ou devenir esthéticienne grâce à l’obtention du CAP esthétique-cosmétique. De plus, elle peut également se tourner vers des missions de formation.

En tant qu’esthéticienne, elle peut notamment effectuer des prestations comme :

  • des soins du corps,
  • des soins du visage,
  • des soins des mains et des pieds,
  • des épilations,
  • des maquillages et séances UV…

En plus d’être prothésiste ongulaire, cette professionnelle peut aussi, via un CAP esthétique-cosmétique, devenir experte en manucure. Elle peut ainsi réaliser plusieurs types de prestations comme : les massages, les gommages, l’application de soins nutritifs… Dans la même démarche qu’une esthéticienne, l’experte en manucure peut également conseiller sa clientèle afin qu’elle choisisse les produits adaptés à ses besoins.

(42 lectures)

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *